Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L’Expertise Esthétique au service des peaux sèches à déshydratées !

L’Expertise Esthétique au service des peaux sèches à déshydratées !

une minute pour Être belle, Les formules HYDRATEMPO répondent à tous vos besoins d’hydratation au quotidien : Confort idéal du matin au soir

la révolution en marche ?

Mode
Mode

Ouvrir les défilés au public, passer directement des podiums aux boutiques, bousculer les calendriers… l’industrie de la mode fait sa mue.

À l’ère de Twitter et d’Instagram, est-il encore raisonnable d’attendre six mois avant de pouvoir porter un vêtement découvert sur un podium ? En 2009, Burberry présentait le premier défilé en live sur Internet, avec possibilité de précommander en ligne des modèles. Aujourd’hui, la maison va encore plus loin : on achètera en boutique le jour même de la collection. Moschino et Versus ont déjà testé le concept. « C’est une remise en cause de tout le système, analyse Serge Carreira, maître de conférences à Sciences-Po Paris. Quelques mois après le défilé, il semble y avoir une certaine obsolescence des collections, car celles-ci sont très médiatisées dès leur présentation.

Burberry et Tom Ford proposent des solutions, mais ces défilés-promotion auront-ils un impact assez fort pour captiver l’intérêt des clientes durant toute la saison ? Est-ce une bonne chose que de figer la créativité quatre mois avant la présentation pour des raisons de production ? Le show ne sera alors plus un exercice de création, mais de stylisme. » Les créateurs qui changent tout jusqu’à la veille du défilé vont se trouver démunis. Mais les acheteurs, eux, voient ce changement comme une aubaine : « Des clients entrent dans nos boutiques avec les photos des modèles dès le lendemain du défilé, explique Laure Heriard Dubreuil, créatrice des boutiques The Webster, aux États-Unis.

On doit alors leur expliquer que le vêtement n’arrivera que six mois plus tard ! Désormais, il faudra faire deux shows : un premier sous forme de présentation pour les acheteurs et les journalistes. Puis un second, plus événementiel et grand public, le jour de la mise en boutique. Pour préserver l’excitation, acheteurs et journalistes devront garder leurs photos secrètes jusqu’au jour J. » À Paris aussi, certains créateurs s’interrogent sur le shéma traditionnel.

Demna Gvasalia, cofondateur de Vêtements (et directeur artistique de Balenciaga), aimerait présenter le printemps-été au début de l’année et le livrer tout de suite après. « C’est le modèle auquel j’avais pensé quand j’ai lancé ma marque, commente Alexandre Mattiussi, le créateur de la maison Ami. Mais cela ne fonctionne que si on a son propre réseau de distribution, comme Burberry. Un jeune créateur, qui dépend des distributeurs, ne peut pas produire en avance sans connaître les commandes, ni avoir les moyens de faire deux défilés. »

Le couturier Roland Mouret applaudit Burberry : « Tout est possible. Le premier défilé pour les acheteurs et les journalistes pourrait être en 3D pour alléger la production. » Il se pourrait que le grand public soit l’invité surprise de cette révolution ! En 2015, Givenchy permettait à 800 personnes tirées au sort d’assister à son défilé new-yorkais en plein air. Kanye West a vendu des places de 50 à 135 dollars pour la présentation de sa troisième collection Yeezy. Et des sites Internet proposent des packages pour aller voir des défilés comme si c’était la dernière façon hype de passer ses vacances. Même si la mode bouleverse son calendrier, les créateurs ont plus que jamais envie de faire le show.

le cas saint laurent

Hedi slimane casse tous les codes : il vient de présenter sa collection automne-hiver 2016 hors de la fashion week, à los angeles et en mélangeant les hommes et les femmes. l’avenir ?

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article